Archives | RFID

La RFID c’est compliqué, ça sert à rien, c’est uniquement pour le boulot. FAUX

Posté le 19 novembre 2011 par admin

La RFID entre dans votre vie,  je dirais même plus elle entre dans vos loisirs.

Vous ne me croyez pas, alors regardez et dites moi ce que vous en pensez.

Commentaires (0)

Point de vente du futur (Proche)

Posté le 20 octobre 2011 par admin

Les japonais viennent de lancer un nouveau système de tringle pour vêtements qui intègre des étiquettes RFID dans les cintres afin de créer une expérience d’achat interactive. Les cintres ressemblent à des cintres normaux mais contient une puce RFID intégrée

Des moniteurs LED sont placé au dessus des tringles. Lorsqu’un vêtement est détaché de la tringle , le moniteur affiche des images, des films et des informations en rapport avec le vêtement choisi.

Si le client replace le vêtement, l’écran  efface les informations affichés jusqu’à ce qu’un autre vêtement soit sélectionné et détaché de la tringle. Les cintres RFID non seulement informent les  clients, mais fournissent au point de vente, de précieuses informations sur le stock et des  statistiques sur les articles qui ont été vus.


Serge
http://www.ksl.eu

Commentaires (0)

Le commerce du futur révolutionné par la RFID ?

Posté le 10 octobre 2011 par admin

RFID

Le RFID s'invite dans les commerces

En marge de l’International RFID congress qui s’est tenu à Lille, Jean-Marc Petit publie dans la voix ECO un article intéressant sur l’utilisation actuelle et futur de la RFID dans les commerces.
Faire l’inventaire d’un présentoir ou d’un tiroir de présentation de bijoux en 1 clic, identifier l’entrée d’un client grâce à sa carte fidélité ou permettre les essayages virtuels de vêtements c’est à découvrir dans cet article intéressant…

Serge

http://www.ksl.eu

Commentaires (0)

Imprimante étiquettes couleurs RFID

Posté le 12 mai 2011 par admin

PRIMERA RX900e

La première imprimante étiquettes RFID couleur

La PRIMERA RX900e est la seule imprimante d’étiquettes couleur à la demande intégrant également la technologie de codage RFID. Le module d’encodage / lecture RFID est fourni par Intermec®, un leader mondial dans la technologie RFID. Il est compatible avec l’EPC Global Gen 2 de classe 1 et ISO 18000 spécifications -b et -c. « Jusqu’à présent, les étiquettes RFID à la demande ne pouvaient être imprimées qu’en monochrome »,  avec l’imprimante étiquettes PRIMERA RX900e, vous pouvez ajouter des codes de couleur, des graphiques couleur haute résolution et même des images de qualité photo sur les  étiquettes RFID. Nous sommes convaincus que cette capacité ouvre un tout nouvel ensemble d’applications intéressantes et rentables pour la technologie RFID ». La RX900e est conçue pour les applications RFID qui ont besoin de la couleur, y compris : • Suivi de dossiers et fiches (domaines : médical, gouvernemental, assurances, etc.) • Commerce de détail et étiquettes de vêtements – indication des tailles par code couleur et anti-contrefaçon • Suivi de bande de données – pour l’indexation par couleur, codes à barres et RFID • Étiquettes pharmaceutiques – pour imprimer des photos de pilules et de lutte contre la contrefaçon • Badges surdimensionnés d’identification : pour imprimer des photos couleur et permettant un accès électronique (suivi lors de congrès et de foires commerciales, des concerts, événements sportifs, festivals, etc.) • Bracelets : avec photos en couleur haute résolution des patients ou des clients et RFID intégrée pour le suivi, l’identification positive et les concessions. Les pilotes d’imprimante sont inclus pour Windows® XP/Vista/7 avec NiceLabel® SE Primera et une version de démarrage de conception d’étiquette RFID de Seagull Scientific BarTender. Le prix public conseillé de l’imprimante étiquettes couleurs PRIMERA RX900e est de 4450 €  HT. La RX900e est disponible dès maintenant auprès des revendeurs et distributeurs Primera à travers le monde. Des informations supplémentaires sur la première imprimante d’étiquettes couleur RFID sont disponibles sur www.ksl.eu

Commentaires (0)

Tags: , , , , , ,

Les puces RFID. Bientôt sous votre peau ?

Posté le 22 avril 2011 par admin

Puce RFID

Puce RFID

Sans que vous l’ayez remarqué, les puces RFID ont envahi notre vie. Si vous savez peut-être que votre chien en contient une,  savez-vous que les passeports biométriques français, le contrôle des forfaits dans les stations de sports d’hiver, le suivi des chaînes de montage, la gestion des parc  à vélo à Paris et Lyon, l’identification de produits chimiques, les titres de transport dans plus de 50 villes Européennes, la lutte contre le vol dans les grandes surfaces, … utilisent  cette technologie de lecture sans contact.
Certains jeunes branchés de Paris, Bruxelles ou Copenhague se sont fait implanter une puce RFID sous la peau. Cela leur permet de se faire identifier rapidement à l’entrée des discothèques branchées et de payer leurs consommations sans argent ni carte bleue.

Mais cela ne s’arrête pas là, de nombreux projets sont à l’étude ou en développement.
Citons quelques exemples parmi tant d’autres.
Les emballages pourraient être équipés d’une puce RFID contenant leur composition exacte. Ce qui permettrait à des robots de faire le tri des déchets à votre place.
Plusieurs gouvernements Européens envisagent d’équiper nos cartes d’identité et permis de conduire de cette puce qui pourrait contenir tout notre pedigree.
Elles pourraient rendre votre frigo intelligent en contenant par exemple le nom et la date de péremption des aliments. Ce qui permettrait au frigo informatisé de connaitre son contenu et sa validité .
Certains responsables de la sécurité pensent sans le dire qu’il serait bien plus simple et plus fiable de remplacer les cartes d’identité, passeports, permis de conduire et attestations diverses par une puce RFID insérée sous la peau.

L’UE s’est inquiétée de certaines dérives possible et a annoncé un accord avec l’industrie pour protéger notre vie privée.  Plus d’un milliard de puces RFID devraient être vendue dans l’UE rien qu’en 2011.  Selon l’industrie plus de 50 MILLIARDS de systèmes pouvant lire et/ou écrire ces puces RFID devraient être mis en place dans le monde d’ici 2020.

Une des règles qui serait imposée à l’industrie est que lorsque l’on achète un produit munis d’une puce, celle-ci devrait pouvoir être désactivée immédiatement et gratuitement a moins que l’on donne son consentement express pour son utilisation.  Faut-il encore voir comment cela va être mis en pratique ?

Serge
http://ww.ksl.eu

Si vous voulez en savoir plus …
RFID

Commentaires (0)

Les Codes Barres et les Puces RFID. Que choisir ?

Posté le 17 avril 2011 par admin

Code Barre 1D

Ces dernières années de nouvelles technologies proposent de remplacer le bon vieux code-barres connu de tous. Créé en 1952, le code barres a permis d’automatiser la prise d’informations dès 1973.  On l’utilise dans de nombreux domaines aussi différents que la gestion d’un bibliothèque, l’encaissement dans un point de vente, le traçage des colis en logistique ou le suivi de production dans l’industrie. Même si l’apparition du code barres 2 dimensions (2D) a permit de stocker un plus grands nombres d’informations sur un seul code barre, un nouvelle méthode d’identification, aux possibilités beaucoup plus nombreuses, se propose de le remplacer : la puce RFID.

Depuis de nombreuses années, l’on retrouve des puces RFID dans de très nombreux produits et même dans les organismes vivants. Il est très probable que votre chien en possède une. Ces très petits objets existants sous de nombreuses formes différentes sont équipés d’une antenne pour capter des ondes radio et d’une minuscule puce électronique.

Trois différents types de puce RFID sont utilisés actuellement.
Les puces RFID actives sont équipées d’un batterie et émettent en permanence des informations vers un récepteur.

code barres 2D

Code Barre 2D

Les puces RFID semi-actives, également équipées d’une batteries, n’émettent pas d’informations mais peuvent en collecter puis les stocker dans leur mémoire. Ces informations seront lues à postériori par un lecteur spécifique.
Les puces RFID passives n’ont pas besoin de batterie et utilise l’énergie des ondes radio émises par le lecteur pour envoyer le contenu de leur mémoire.

Puce RFID

Puce RFID

La mémoire d’un puce RFID, appelé aussi Tag RFID, varie de quelques caractères à plusieurs milliers. Pour comparaison, le code barre 1D peut stocker au maximum 40 caractères et le code barres 2D 5000 caractères au plus.

Le gros avantage du tag RFID sur le code barre, c’est que l’information stockée peut être mise à jour à tout moment avec un simple lecteur-encodeur RFID. De plus cette puce RFID peut être lue à une distance pouvant varier suivant le lecteur et le tag utilisé de 1 cm à 200 mètres.
Sa taille est également variable allant du grain de riz à la carte badge format carte bleue.

Simon Serge
http://www.ksl.eu

Voici un tableau comparatif pouvant aider la décision :

Caractéristiques Code à Barre 1D Code 2D Etiquette RFID
Capacité (nb de caractères) 1 à 40 5 à 3000 qq caractères à plusieurs ko
Visibilité de l’étiquette Oui Oui Non
Distance de lecture 0 à 30 mètres 0 à 30 mètres 0 à 200 mètres
Sécurité Interne CRC Différents niveaux decryptage CRC Interne CRC
Lecture OUI OUI OUI
Ecriture NON NON OUI (option)
Avantages Large gamme de vecteursLangage universel

Génération/reproduction simple

Faible coût de génération

Lecture à l’oeil nu possible

Capacité importanteTrès haute densité

Notion de fichier portable

Génération/reproduction simple

Faible coût de génération

Lecture (partielle) à l’oeil nu possible

Lecture/écriture sans contactProtection page par mot de passe

Possibilité de réinscrire,

donc de recycler l’étiquette

Gestion multi-pages

Contraintes Etiquette non réinscriptibleCapacité mémorisation limitée Etiquette non réinscriptible Coût plus importantPas de lecture à l’oeil nu

Nécessité d’étiquetage en clair

Coût étiquettes – Tag 0,01 à 2 Euros 0,01 à 2 Euros 0,5 à 20 Euros
Coût lecteurs de 50 à 5000 Euros de 100 à 5 000 Euros Antennes et décodeursde 100 à 10 000 Euros
Saisie sur terminal(Portable ou Embarqué) Terminaux portables « Batch »de 300 à 5 000 Euros

Transmission radio fréquence

de 1 500 à 7 500 Euros

Terminaux portables « Batch »de 300 à 5 000 Euros

Transmission radio fréquence

de 1 500 à 7 500 Euros

Terminaux portables « Batch »de 300 à 5 000 Euros

Transmission radio Fréquence

de 1 500 à 7 500 Euros

Génération Imprimantes Laser ouTransfert thermique

de 200 à 10 000 euros

Imprimantes Laser ouTransfert thermique

de 200 à 10 000 euros

Identique au système de lecturePoste fixe ou embarqué

Commentaires (0)

Tags: , , , , ,

European RFID Awards : le meilleur des projets RFID

Posté le 07 février 2011 par admin

La Chaire Entrepreneuriat ESCP Europe et le RFID European Lab récompenseront, en partenariat avec le Centre National RFID, le 25 Novembre à Paris, Porte de Versailles, les meilleurs projets RFID lors des European RFID Awards. Cet événement offrira une porte d’entrée unique sur une communauté d’acteurs incontournables du domaine RFID. Pour l’occasion, seront réunis industriels, pouvoirs publics, enseignants-chercheurs, mais aussi investisseurs, relais médiatiques, étudiants…

Les technologies RFID (Radio Frequency Identification) contribuent à améliorer depuis plusieurs années la productivité de nombreux processus opérationnels et représentent un enjeu majeur de l’Internet du Futur. Trop souvent méconnu du grand public, les solutions RFID représentent pourtant un enjeu toujours plus grand pour nos sociétés. Sylvain Bureau, directeur du RFID European Lab, Wei Zhou, professeur à ESCP Europe, fin connaisseur du marché chinois, et Selwyn Piramuthu, chercheur indien de l’Université de Floride présenteront les enjeux posés par ces technologies pour les entreprises.

Le jury, composé de sommités du secteur, avec notamment Jean-Christophe Lecosse, directeur général du Centre National RFID, récompensera les meilleurs candidats au salon Traçabilité – Solutions RFID – Progilog (http://www.progilog.com). Les candidatures sont nombreuses et touchent des domaines qui nous concernent tous : au niveau professionnel, avec la question de l’optimisation de la Supply Chain, mais aussi plus personnel avec le contrôle parental, l’interactivité entre les objets de la vie quotidienne, le suivi des donations effectuées sur Internet, du mobilier interactif, etc. L’événement se tiendra à Paris, Porte de Versailles, le 25 Novembre 2010 à 12h30. Une conférence avec des intervenants de haut niveau précédera la remise des prix et le cocktail.

Ils concourent pour le :

* Prix de la meilleure Start-up

* Prix du meilleur business model

* Prix de la meilleure optimisation de processus

* Prix de la meilleure stratégie de développement durable

* Prix du jury

Commentaires (0)

Tags: , ,

Euro : le nombre de faux billets a explosé en deux ans

Posté le 07 février 2011 par admin

détecteur de faux billetsL’euro était censé être infalsifiable. Pourtant, de plus en plus de faux billets, en particulier de vingt euros, circulent. Ils sont écoulés dans les petits commerces qui n’ont souvent ni le temps ni le matériel pour s’en protéger.

« Non falsifiable » ne signifie pas inimitable. Si le secret de la duplication des billets n’a pas encore été percé par les faussaires, celui de l’imitation est beaucoup plus accessible. Avec un ordinateur, un scanner de bonne qualité, une imprimante et des connaissances solides en informatique, on peut obtenir des copies trompeuses.

« Plus une monnaie circule, plus elle est contrefaite »

Ces deux dernières années, le nombre de faux billets a explosé. Selon un communiqué de la Banque centrale européenne, datant de janvier 2010, il a augmenté de 51% en Europe. Officiellement ce sont donc 447 000 billets contrefaits qui ont été saisis durant le second semestre 2009.

Le boom s’explique par l’arrivée à maturité de l’euro : huit ans après sa mise en circulation, la monnaie européenne s’est relativement imposée sur la scène internationale.

La parité euro/dollar ayant explosé et les techniques propres à la contrefaçon de l’euro étant devenues de notoriété mafieuse, ce trafic est devenu beaucoup plus intéressant, comme l’explique Nicolas Jean Bréhon, spécialiste des finances communautaires et professeur à la Sorbonne :

« L’adage veut que plus une monnaie circule, plus elle est contrefaite. Avant, le dollar était la seule monnaie de référence. Maintenant, l’euro a pris de l’ampleur et du coup, les faussaires, en Europe mais aussi en Asie ou en Colombie, s’y intéressent plus. »

La France, championne d’Europe du faux billet

La France est le pays européen où l’on trouve le plus grand nombre de faux-monnayeurs. Une vieille tradition hexagonale datant d’une époque où le Franc était utilisé partout.

Ce sont principalement des petites ou moyennes coupures (86% des faux billets sont de 20 ou 50€). Et compte tenu du prix de revente au marché noir (entre 10 et 30% de la valeur faciale billet), elles sont le plus souvent écoulées dans les commerces de proximité, qui n’ont pas toujours les moyens de se protéger.

M. Kim tient un bar-tabac rue de la Réunion, dans le 20e arrondissement de Paris. Des faux billets, il en croise presque toutes les semaines. Il a ses petits trucs pour les repérer :

« On essaie de faire toujours attention. Au toucher, on en repère certains directement. Sinon, j’ai une mini lampe UV achetée dans un bazar qui permet de vérifier.

Après, ça arrive d’en laisser passer un. Rien que ce matin, en déposant de l’argent à la banque, on m’a refusé deux billets de cinq euros. Et dans ce cas, c’est pour ma pomme ».

Des moyens de fortune qui permettent de limiter la casse. De son coté, la Banque de France se contente de récupérer puis de détruire les faux billets, sans compensation.

Reste que reconnaître un faux billet de bonne facture n’est pas à la portée des commerçants.

On recense plus de 1000 méthodes différentes de contrefaçon. Et sur les 64 points de contrôle des billets, seuls treize sont accessibles au grand public.

Pour Chérif, traiteur libanais à Paris, c’est d’ailleurs un combat perdu d’avance :

« J’ai arrêté de faire attention. Parfois, j’ai un billet refusé à la banque, mais ça reste très rare. Et puis j’ai une clientèle d’habitués : ils prendraient mal que je vérifie leurs billets tous les midis. »

L’argent, ce lien social

Si, économiquement, la fausse monnaie n’a un impact concret que très réduit, elle n’en pose pas moins d’autres problèmes. L’argent est un lien social et la valeur symbolique du billet doit être garantie à tout prix. Sa décrédibilisation empêche la moindre transaction de s’effectuer sereinement.

Du coup, les organisations gouvernementales préfèrent rester discrètes. L’office central pour la répression du faux monnayage a préféré ne pas répondre à nos questions. La Banque centrale européenne n’annonce, elle, que 860 000 billets retirés de la circulation en 2009.

Le décompte est partial et omet les faux interceptés par les polices européennes avant mise sur le marché. Pour Nicolas Jean Bréhon, on en compterait donc plutôt deux millions. Sur près de treize milliards de billets en circulation dans toute l’Europe, le phénomène reste marginal.

La vraie inquiétude, c’est la facilité avec laquelle on peut maintenant produire de faux billets suffisamment crédibles pour échapper aux moins vigilants : 90% des billets de vingt euros sont produits par des petites mains, de manière artisanale

Commentaires (0)

Advertise Here

Photos de Flickr

Voir toutes les photos

Advertise Here

Catégories

@Sergeksl mentions

Sergeksl mentions

à voir aussi